Joseph-Marie Jacquard

Le français Jacquard fut l'inventeur de la machine que l'on appela plus tard le métier Jacquard, un métier à tisser permettant de reproduire tous les motifs, même les plus compliqués. La machine exécutait automatiquement toutes les opérations de tissage à l'aide de cartes perforées réglant le levage des fils de chaîne.

Durant son enfance, Joseph-Marie Jacquard était apprenti dans l'usine familiale en charge de tirer les cordes. À l'époque pour former le motif de l'étoffe, les ouvriers devaient "tirer les lacs", c'est-à-dire déplacer les cordes accrochées aux fils de la chaîne de la machine à tisser. Ayant appris tout seul à lire, à écrire et à compter, le jeune Jacquard est passionné par la mécanique. Devant les machines utilisées dans l'industrie textile, il cherche des améliorations qui pourraient rendre les métiers à tisser plus maniable et également qui réduiraient la pénibilité du travail.

Definition et sens du mot

Classification: portail production > industrie > procédé

Joseph-Marie Jacquard
Joseph Marie Jacquard
Inventeur du métier de tissage semi-automatique
Joseph-Marie Jacquard est né le 7 juillet 1752 à Lyon, où son père possédait une manufacture de soie. Inventeur méconnu, il va perfectionner toute sa vie la mécanique des machines à tisser, notamment en automatisant la levée des fils. Ses innovations lui apporteront des persécutions de la part des ouvriers dont il voulait adoucir la tâche.

Fabrication de tissu au XVIIe siècle

La dernière amélioration apportée sur les anciens métiers à tisser horizontaux avait été le métier à traction. Les lisses, qui poussaient les fils de chaîne vers le haut, furent reliées en groupes à des cordes, en fonction du modèle à tisser. Ensuite, elles furent attachées à des cordes plus épaisses, les semples. Le tisseur-tracteur avait besoin d'un assistant, qui s'installait au-dessus de la machine et tirait les cordes: le garçon de semple. Les lisses étaient tendues par des poids, ce qui les faisait retomber à chaque fois.

Vers la fin du XVIIe siècle, la France était devenue le centre international de la soierie. Lorsqu'on apporta différents perfectionnements au métier à tisser, on tenta de trouver une manière d'introduire le modèle de façon automatique dans le métier, afin d'éviter des erreurs humaines surtout de la part du garçon de semple. On découvrit une première méthode vers 1730. Un rouleau de papier, dans lequel des trous avaient été perforés conformément à un modèle était fixé dans la machine. L'idée ne rencontra pas de succès, mais sera utilisée plus tard par Jacquard pour son invention.

Premières inventions

En 1790, Jacquard entreprit d'apporter de sérieuses innovations aux métiers à tisser existants. On lui fournit à cet effet un vieux métier à tisser qu'il devait examiner à fond et réparer. Il s'agissait d'une machine vieille de cinquante ans appartenant à Jacques de Vaucanson, qui fut un des premiers à penser à l'automatisation des métiers. De nombreux mécanismes inventés par lui trouvèrent leur application dans l'industrie moderne. Il automatisa l'introduction du modèle au moyen de cartons perforés (les cartes perforées actuelles). Ces cartons actionnaient un système de crochets, reliés aux fils de chaîne. Ce métier que Jacquard devait vérifier avait été placé dans un musée, fondé par l'inventeur lui-même.

Inspiré par le vieux métier, Jacquard construisit quelques prototypes d'un métier à tisser entièrement nouveau et automatique. Son travail fut interrompu par la Révolution, mais il le reprit plus tard. En 1801, il fit une démonstration avec son premier modèle à l'Exposition de Paris et, en 1805, il produisit le métier Jacquard dans sa forme définitive et perfectionnée. Il s'était servi du système de cartes perforées et des pointes à ressort de Vaucanson: seuls les fils correspondant au modèle perforé sur la carte se relevaient. Ce mécanisme permit de tisser en soie les modèles les plus compliqués avec la plus grande précision: des tissus tels que le brocart et le damas pour les tapis de table et les couvre-lits.

Généralisation du métier de Jacquard

Au début, les canuts craignaient que le métier de Jacquard ne les laissât sans travail. Ils l'attaquèrent à plusieurs reprises personnellement, et brûlèrent sa maison et ses métiers. Mais ces mécontentements prirent rapidement fin, lorsque l'efficacité de son invention se fit connaître. En 1804, il fit une démonstration de son métier à' Napoléon, qui lui octroya un brevet. Deux ans plus tard, le métier fut déclaré 'propriété du peuple'. J Jacquard reçut un traitement annuel et un pourcentage sur chaque machine fabriquée. En 1912, 11000 métiers Jacquard fonctionnaient en France. Jacquard reçut également une médaille d'or et la croix de la Légion d'honneur.
Biographie Joseph-Marie Jacquard
Naissance 7 juillet 1752
LieuFrance Lyon
Décès 7 août 1834
LieuFrance Oullins

dans la langue française

Locution nominale
  • métier Jacquard
Unité lexicale associée
  • carte perforée
  • carton perforé
  • fabrique de tissu
  • inventeur
  • métier à tisser
Synonyme

Expression et citation

à découvrir sur le portail production

chocolat
Pantalon dévoilant la cheville
Histoire et secrets de l'eau-de-vie