Général Leclerc

Issu d'une ancienne famille militaire de l'Artois, Philippe de Hautecloque naît dans le château familial de Belloy-Saint-Léonard. La famille de Hautecloque fait partie de la noblesse du Pas-de-Calais dont le blason représente cinq coquilles d'or. L'origine des premiers faits d'arme de ses ancêtres remontent au XIIè siècle.

Après une scolarité marquée par la Première Guerre mondiale, Philippe de Hautecloque est admis à l'École militaire de Saint-Cyr en 1922. Puis en 1924, il entre à l'École de la cavalerie de Saumur. Doté d'une forte personnalité incompatible avec la vie de garnison, Philippe de Hautecloque est affecté au nord du Maroc où il participe à la guerre du Rif.

En 1936, alors instructeur à l'école de Saint-Cyr, il se brise le tibia lors d'un exercice à cheval. La conséquence de cette chute est une infirmité qui va l'obliger à utiliser une canne toute sa vie. Le cheval Iris XVI quant à lui sera fusillé en 1940 pour avoir tué un allemand.

Lors de la Bataille de France en 1940, le capitaine de Hauteclocque est muté près de Lille au sein de la 4e division d'infanterie. Capturé une première fois le 29 mai 1940, il réussit à tromper les allemands et rejoint à nouveau le front. Le 17 juin 1940, il s'échappe une deuxième fois pendant son hospitalisation pour une blessure à la tête.

Le 25 juin, Philippe de Hautecloque apprend que la lutte contre l'envahisseur allemand s'organise depuis Londres. Dès lors, il mettra tout en oeuvre pour rejoindre le Général de Gaulle et la France libre qui incarne à ses yeux le relèvement français.

Definition et sens du mot

Général Leclerc
Général Leclerc
Chef militaire français qui libéra Paris
Arrivé à Londres, Philippe de Hauteclocque prend comme nom de guerre 'Leclerc', patronyme sous lequel il va entrer dans l'histoire comme l'un des plus grands chef militaire de la Seconde Guerre mondiale. Le choix de ce pseudonyme avait pour but de protéger des représailles sa famille qu'il a laissé près de Libourne.

Naissance de la 2e division française libre

Ayant trouvé sa vocation dans l'Appel du 18 juin, Philippe Leclerc se présente au Général de Gaulle qui lui confie la mission de rallier les colonies d'Afrique à la France Libre. Trois semaines après son départ d'Angleterre, il parvient à convaincre les autorités du Cameroun, du Tchad et du Congo à rejoindre la cause du Général de Gaulle.

À partir de ces points d'appui, les hommes du colonel Leclerc multiplient les raids dans le désert pour harceler les troupes italiennes. Le 2 mars 1941, ils parviennent à reprendre l'oasis de Koufra (Libye) avec seulement 400 hommes et un canon. Cette victoire tient à l'effet de surprise et à la rapidité des manoeuvres qui deviendront la marque de fabrique de la 2è DB. A l'issue de la capitulation des forces italiennes, Leclerc et ses soldats feront la promesse de ne pas déposer les armes avant Strasbourg lors du Serment de Koufra.

En avril 1942, l'armée de la France libre prouve à nouveau sa valeur en combattant aux cotés de la 8e armée britannique de Montgomery face à l'Africa Korps. Après la campagne de Tunisie, les forces françaises se regroupent au Maroc où l'apport de matériel américain et le ralliement de nouveaux évadés de France donnent naissance à la 2e division blindée. Le 10 avril 1944, la 2e DB embarque pour l'Angleterre, où elle sera affectée à la 3e armée américaine du général Patton.

La libération de la France

Débarqué le 1er août 1944 sur les plages de Normandie, la division de Leclerc s'illustre lors de la fermeture de la poche de Falaise et à la libération de Alençon. Avec la même ardeur qu'il mettait à la chasse, il force l'ennemi sur ses retranchements, galvanise ses troupes, est présent sur son char, dans sa jeep, a pied. La silhouette omniprésente et nerveuse de Leclerc appuyée sur sa canne deviendra légendaire.

Le 25 août 1944, sur l'ordre du général de Gaulle, l'avant-garde de Leclerc entre à Paris où il reçoit après de rapides combats la reddition de von Choltitz. Peu après, la 2e DB se dirige vers l'Est et rejoint le front en Alsace en passant par les Vosges. Le 23 novembre 1944, les troupes du Général Leclerc libère Strasbourg respectant ainsi le serment prononcé à Koufra 3 ans plus tôt. Ses soldats traverseront ensuite le Rhin pour prendre le "nid d'aigle" d'Adolf Hitler, à Berchtesgaden le 5 mai 1945. Lors de la capitulation du Japon (2 septembre 1945), l'honneur de signer les documents au nom de la France reviendra à Philippe Leclerc.

Après-guerre

Au début de 1946, Leclerc est appelé au secours de l'Indochine où il insuffle son ardeur aux Français d'Extrême-Orient. Il parvient à restaurer provisoirement l'autorité française, même à Hanoï. En juillet 1946, Leclerc est désigné comme Inspecteur des Forces d'Afrique du Nord, puis le 28 novembre 1947, il disparaît dans son avion tombé en flammes près de Colomb-Béchar (Algérie).
Personnage associé
FranceCharles de Gaulle (1890-1970)

militaire et homme d'État français qui fut le symbole de la résistance pendant la Seconde Guerre mondiale en dirigeant la France libre.

FranceLouis Dio (1890-1970)

militaire et homme d'État français qui fut le symbole de la résistance pendant la Seconde Guerre mondiale en dirigeant la France libre.

FranceJacques Massu (1890-1970)

militaire et homme d'État français qui fut le symbole de la résistance pendant la Seconde Guerre mondiale en dirigeant la France libre.

Biographie Général Leclerc
Naissance21 novembre 1902
LieuFrance Belloy-Saint-Léonard
Décès28 novembre 1947
LieuAlgérie Béchar
Famille
FemmeThérèse de Gargan
Filiation6 enfants
Fonction
GradeGénéral puis Maréchal
Faits d''armesBataille de Koufra
Bataille de Normandie
Liberation de Paris
Liberation de Strasbourg.

dans la langue française

Locution nominale
    Unité lexicale associée
    • France libre
    • serment de Koufra
    Synonyme

    Expression et citation

    Jurez de ne déposer les armes que lorsque nos couleurs, nos belles couleurs, flotteront sur la cathédrale de Strasbourg.
    Serment de Koufra

    à découvrir sur le portail histoire

    Le chef de l'insurrection gauloise
    L'appel à la résistance face à la Wehrmacht
    Héros de la résistance face aux nazi