Appel du 18 juin

La situation au moment de l'appel du 18 juin 1940 est marquée par la défaite face aux troupes allemandes qui occupent Paris et par une France désorganisée tant sur le plan militaire que politique. Au début du mois de juin 1940, les Britanniques avaient péniblement achevé le rembarquement de 225.000 soldats de leur corps expéditionnaire et celui de près de 122.000 combattants français et belges à Dunkerque. Quelques jours plus tard, Charles de Gaulle, nommé général de brigade à titre temporaire, est devenu sous-secrétaire d'État à la défense nationale et à la guerre. Dès sa prise de fonctions, il devait multiplier les allers-retours à Londres pour tenter d'obtenir un maximum de soutien de la part des Britanniques.

Le 8 juin, il n'y avait plus de front français. Les troupes étaient désormais complètement disloquées et la plupart des unités se perdaient dans la débâcle au milieu des centaines de milliers de réfugiés jetés sur les routes vers le sud. Dans les couloirs du gouvernement, la question était maintenant posée ouvertement : faut-il poursuivre le combat ou demander l'armistice ?

Le 10 juin, alors que le gouvernement Reynaud et les Assemblées se réfugiaient à Bordeaux, l'Italie déclarait la guerre à la France et à la Grande-Bretagne. Le Maréchal Philippe Pétain, le héros de Verdun dont le prestige est immense dans tout le pays, se positionne clairement en faveur d'un armistice avec les Allemands.

Il ne fait plus de doute que la France va demander l'armistice et capituler. Dans ce climat chargé d'inquiétude, l'appel du 18 juin 1940 va prendre toute son importance en proposant une alternative.

Definition et sens du mot

Classification: portail histoire > époque contemporaine > Seconde Guerre mondiale

Appel du 18 juin
Charles de Gaule le 18 juin 1940
Discours prononcé par de Gaulle invitant à la résistance
L'appel du général de Gaulle prononcé le 18 juin 1940 aurait pu passer inaperçu. Aux dires des historiens, peu de monde aurait au final entendu ce discours par contre cette invitation à la révolte marque le début de la résistance française depuis Londres.

Quelle est la situation en juin 1940 ?

Le 16 juin, de Gaulle est renvoyé à Londres par Reynaud pour obtenir un nouveau soutien de la RAF aux troupes en déroute. Arrivé sur place, il se voit proposer par les Britanniques un traité de fusion entre les deux états. Il rentre à Bordeaux vers 21h30 avec le traité. Mais dans l'intervalle, Reynaud a démissionné.

Le 17 juin, de Gaulle retourne à Londres avec son aide de camp Geoffroy Chodron de Courcel. Pour lui, la France possède encore une puissante marine et des forces disponibles, notamment en Afrique du Nord ou en Indochine. Elle doit se battre. Au petit matin, il rédige le premier brouillon d'un discours appelant à la poursuite de la lutte. Le Premier ministre britannique accepte de lui ouvrir les ondes de la radio BBC pour relayer un appel à continuer la lutte.

Dans la soirée, ils apprennent que Pétain a officiellement appelé à l'arrêt des combats : « Françaises, français; c'est le coeur serré que je vous dis aujourd'hui qu'il faut cesser le combat ». Très largement relayé par les Allemands, le message est entendu partout dans le pays. L'effet sur les troupes est dévastateur. En une semaine, les Allemands vont faire plus de prisonniers que depuis le début de l'offensive du 10 mai 1940.

L'appel à la poursuite du combat

Dans l'après-midi du 18 juin 1940, de Gaulle reprend son premier brouillon, corrige et améliore son texte avant de le faire taper à la machine par Élisabeth de Miribel. Churchill a tenu parole, à 18 heure, il est dans les studios de la BBC (Broadcasting House à Londres), devant un micro, et se met à lancer son appel d'une voix claire et déterminée.
Sir Winston Churchill

Churchill soutien Charles de Gaulle à Londres



Charles de Gaulle commence son allocution par expliquer que l'ennemi allemand, bien qu'il ait submergé les forces françaises par le nombre, ne l'a fait que grâce à ses chars, ses avions et sa tactique qui ont surpris les chefs militaires français (Blitzkrieg). Il assure ensuite que, pour autant, la défaite n'est pas définitive, avant de marteler par trois fois que « la France n'est pas seule ! » et que le pays peut s'appuyer sur son empire colonial, sur l'Empire britannique et sur la puissance industrielle des Américains.

La fin de son discours est restée la plus célèbre : " Moi, Général de Gaulle, ... j'invite les officiers et les soldats français qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver ... Quoi qu'il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas." »

Est-ce que l'appel du 18 juin a été lancé pour constituer les premiers réseaux de résistance en France ?
la résistance intérieure et le SOE seront planifiés plus tard. L'initiative de Charles de Gaulle est un acte de désobéissance civile accompli par un militaire refusant la trahison et le défaitisme de ses chefs militaires et gouvernementaux. Sa rébellion va d'ailleurs le faire condamner par le tribunal militaire de Clermont-Ferrand à la peine de mort (2 août 1940).

La portée du 18 juin 1940

Le jour même, l'appel du général de Gaulle n'est entendu que par très peu de Français. Dans le pays en pleine débâcle, peu de monde a les moyens ou l'idée de capter la BBC anglaise. Quelques journaux seulement relatent le texte comme « Le petit marseillais » ou « Le Progrès ». Ce n'est qu'après d'autres messages à la BBC, que de Gaulle sera entendu par les Français désirant résister.

Contrairement à l'idée largement répandue, il n'existe aucun enregistrement sonore ou filmé de l'appel du 18 juin. Le jour même, personne à la BBC n'a songé à immortaliser le discours de cet obscur général français. En revanche, lorsque de Gaulle repasse son appel le 22 juin, légèrement modifié, il est cette fois enregistré et c'est cette version que l'on entend aujourd'hui. Ce n'est que le 2 juillet que de Gaulle sera filmé pour les actualités en train de renouveler son appel.

Même s'il n'a eu que peu d'échos immédiats, l'appel du 18 juin du général de Gaulle marque le vrai début de la France Libre et de la Résistance française dans la Seconde Guerre Mondiale. La France qui refusera toujours la capitulation et la collaboration du régime de Vichy.
Personnage associé
Royaume-UniWinston Churchill (1874-1965)

homme politique connu pour avoir été le Premier ministre du Royaume-Uni pendant la Seconde Guerre mondiale.

FranceCharles de Gaulle (1890-1970)

militaire et homme d'État français qui fut le symbole de la résistance pendant la Seconde Guerre mondiale en dirigeant la France libre.

Localisation géographique
Royaume-UniLondres

Capitale du Royaume-Uni située au sud de l'Angleterre dont la population dépasse les douze millions d'habitants.

Organisation
BBC

Fondée en 1922, la British Broadcasting Corporation est une société de droit public ayant pour activité la production et la diffusion de médias.

France libre

Régime politique crée par le général de Gaulle rassemblant les français souhaitant continuer le combat.

dans la langue française

Locution nominale
    Unité lexicale associée
    • France libre
    • radio
    • résistance
    Synonyme

    Expression et citation

    Moi, général de Gaulle, actuellement à Londres,
    j'invite les officiers et les soldats français qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, avec leurs armes ou sans leurs armes,
    j'invite les ingénieurs et les ouvriers spécialisés des industries d'armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, à se mettre en rapport avec moi.
    Quoi qu'il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas.
    Londres, 18 juin 1940, Charles de Gaule

    à découvrir sur le portail histoire

    Résumé de la Seconde Guerre Mondiale
    Le chef de l'insurrection gauloise
    Que s'est-il passé lors du siège d'Alésia ?